Restructuration et leadership dans le monde des start-up
Employeurs
Lecture de 3,5 minutes

Une start-up diffère grandement d’un groupe de 1 000 employés. Avec seulement quelques dirigeants en place, le développement de l’entreprise est fortement influencé par le comportement de chacun d’entre eux. Se tromper dans le recrutement d’un cadre peut avoir des conséquences dramatiques, particulièrement dans les premiers stades de croissance. Voici quelques facteurs à considérer.

L’autre sens du mot « restructuration »

Le mot « restructuration » est souvent associé à quelque chose de négatif. On l’entend souvent en référence à une entreprise qui va mal ou qui est au bord de la faillite.

Pourtant, il ne devrait pas toujours avoir une connotation négative. Pour une jeune entreprise, restructurer peut être une bonne chose. Trois situations sont susceptibles d’entraîner une restructuration :

  1. L’entreprise se prépare à réunir des fonds;
  2. L’entreprise a reçu des fonds;
  3. L’entreprise s’apprête à être vendue.

Tous ces scénarios sont des signes positifs. J’aimerais me concentrer ici sur le premier, et notamment sur l’importance d’avoir une bonne équipe de direction quand une entreprise essaie de croître.

Déterminer le bon type de leader

Traditionnellement, dans le monde extrêmement concurrentiel des start-up, seule une excellente idée permet de réussir. Mais il existe une autre école de pensée.

Dans ma carrière précédente de chef d’entreprise, alors que je cherchais à réunir des fonds, j’ai rencontré un conseiller bancaire qui m’a fait réfléchir.

« On préfère toujours une idée moyenne soutenue par une excellente équipe à une excellente idée soutenue par une équipe moyenne », m’a-t-il dit.

Quand je lui ai demandé pourquoi, il a précisé : « Il ne sert à rien d’investir de l’argent dans une entreprise si elle n’est pas dirigée par les bonnes personnes. »

Alors, quel profil devriez-vous rechercher pour diriger une entreprise en démarrage? À l’évidence, la personne devrait avoir un certain niveau d’expertise dans son domaine sinon vous n’étudieriez même pas sa candidature. Au-delà de ce préalable, voici quelques qualités essentielles à valider.

  • Pouvoir gérer les attentes : un bon sens de la communication, en général, et la capacité de gérer les attentes des investisseurs, en particulier, sont essentiels pour les cadres d’une nouvelle entreprise. Quand plusieurs investisseurs s’engagent, il arrive qu’ils n’aient pas tous la même vision. La direction doit pouvoir rallier tout le monde autour d’une vision commune en phase avec le plan quinquennal de croissance de l’entreprise.
  • Inspirer les autres : ce n’est pas facile à quantifier, mais vous reconnaîtrez cette qualité quand vous la verrez. Chez Strato, je recherche des gens qui offrent vision, charisme et élégance. C’est un mélange intangible qui joue un rôle crucial, en particulier dans les premières années, quand il est difficile de séparer l’image d’une entreprise de sa direction.
  • Être capable de tirer parti de l’expertise des autres : parfois, l’entrepreneur pense qu’il peut tout faire lui-même. C’est une attitude risquée, surtout s’il finit par quitter l’entreprise. Le dirigeant d’une jeune entreprise devrait être capable de collaborer pour bâtir l’activité et de déléguer certaines tâches à ceux qui en possèdent l’expertise.

Limiter les risques grâce à un leadership solide

Chercher du financement fait partie intégrante de la vie d’une jeune entreprise. Toutefois, ce que je dis à mes clients entrepreneurs, c’est que l’argent n’est pas forcément plus important que le leadership.

Si j’étais un investisseur, je financerais seulement une entreprise dont l’équipe de direction est solide. Et je ferais en sorte de vérifier les compétences de cette équipe ainsi que la structure des RH avant d’investir.

Il se trouve que, chez Strato, nous mettons en place un service-conseil qui aidera les investisseurs à sélectionner les entreprises à financer, une première dans son genre au Québec. Nous analyserons notamment la structure des RH et celle des finances des entreprises potentiellement bénéficiaires afin de garantir aux investisseurs un plan d’affaires et des compétences solides.

Pourquoi? Parce que c’est essentiel si l’on veut protéger à la fois l’entreprise et les investisseurs intéressés.

Note : Il existe des ressources pour aider les jeunes entreprises dans ces domaines. Par exemple, au Québec, le Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal, un organisme axé sur l’innovation, principalement dans le secteur des TI, offre du soutien, des connaissances et de l’accompagnement aux dirigeants et aux employés. En Ontario, un organisme similaire, Startup HERE Toronto soutient la communauté grandissante des entreprises en démarrage de Toronto et du couloir d’innovation Toronto-Waterloo.

Avant de rejoindre l’équipe de recrutement exécutif de Strato, Nicolas Pallares a occupé des postes de vente et de gestion dans la distribution, en B2B et en B2C, dans la fabrication et les TI pendant une douzaine d’années, puis il a créé son entreprise avec deux associés dans le secteur du divertissement. Aujourd’hui, il s’appuie sur son expérience diversifiée pour jumeler des directeurs généraux et des vice-présidents avec les bonnes entreprises, particulièrement des PME, en utilisant une approche centrée sur l’expérience client.

À LA RECHERCHE DU LEADER IDÉAL?

Entrez votre courriel ci-dessous et l’un de nos spécialistes en recrutement de cadres communiquera avec vous dans les 48 heures ouvrables.